+1 514 566 2956 info@destiil.com

À propos

.

Elle a ouvert une librairie et a fait de son rêve une réalité.
Rencontrez la femme fascinante qui se cache derrière cette charmante boutique de Montréal.

Il y a une petite librairie près de chez moi. Elle se trouve dans une rue pavée de briques et semble perpétuellement remplie de soleil. Au cours de l'année écoulée, elle est devenue mon refuge. Une porte d'entrée vers les plaisirs désormais interdits de la vie : le voyage, l'aventure, la rencontre de nouvelles personnes... Je peux tout avoir avec le bon livre de De Stiil.

"Ne vous sentez pas obligée d'acheter quoi que ce soit", me dit la propriétaire, Aude Le Dubé, pendant que je feuillette les livres, même si j'arrive rarement à repartir les mains vides. Aude Le Dubé a un goût exquis pour les livres. Avec ses cheveux courts et ses lunettes à monture noire, elle est aussi incroyablement cool (et me repousse chaque fois que je le lui dis).

D'abord, elle a vécu un millier de vies. Née en Bretagne et formée à la Sorbonne, elle a déménagé aux États-Unis, puis est retournée en France, puis aux États-Unis à nouveau, puis en Suisse avant de s'installer à Montréal il y a dix ans. "C'est un endroit où personne n'est fait du même moule, ce que j'adore", dit-elle.

Elle a été traductrice, rédactrice et attachée de presse, et a écrit deux romans, dont l'un a reçu le Grand prix de l'association des écrivains bretons.

"Tout ce qui me permettait de vivre de l'écriture, je l'ai fait".

Aujourd'hui, cependant, elle trouve son épanouissement en vendant les livres des autres. "Je n'ai pas besoin de les écrire, je me contente de les lire et de les juger !" dit-elle en riant. C'est cet œil avisé qui a fait le succès de sa boutique, malgré ses débuts pandémiques.

En effet, avant d'être une librairie, De Stiil était un magasin de vêtements appelé État de Style.

"J'ai aussi une passion pour la mode, je l'adore", dit Mme Le Dubé. "Dans ma vieillesse, j'ai eu l'idée folle de créer ma propre marque de vêtements, alors je l'ai fait. Sept collections en tout et elles ont plutôt bien marché."

"J'avais l'impression que le monde avait plus besoin de livres que de vêtements".

Mais lorsque la ville s'est verrouillée au printemps de l'année dernière, elle a fait ce que beaucoup de gens ont fait : se demander ce qu'elle voulait faire de sa vie. La ligne de la saison prochaine était dessinée et sur le point d'être modelée, mais son cœur n'y était plus. "Je sentais que le monde avait plus besoin de livres que de vêtements."

Elle a donc remplacé les portants par des étagères et transformé la boutique en librairie, la seule du Plateau exclusivement dédiée à la littérature anglophone. Une sorte de mini Shakespeare and Company, si vous voulez, la légendaire librairie parisienne fréquentée par Hemingway et Fitzgerald.

Ce n'était pas facile. "Je n'avais pas beaucoup d'argent après la première fermeture, alors j'ai vraiment dû sélectionner les livres que j'allais vendre. Je me suis dit : "Mince, mes étagères sont plutôt vides, je n'ai pas vraiment l'impression d'être une librairie". Mais il s'avère que c'est ce que les gens voulaient : une sélection soignée."

Entouré de petits restaurants et de salons de coiffure, De Stiil a été pendant un certain temps la seule boutique ouverte dans sa rue, ce qui lui a valu un public fidèle. "C'est devenu cet îlot de normalité dans la vie des gens", dit Le Dubé, qui encourage les clients à s'échapper, à s'asseoir un moment et à feuilleter quelques livres.

"Quand vous entrez dans une librairie à grande surface, tous les livres possibles sur le marché sont là, alors trouver un bon livre est déjà difficile, sans parler de prendre le temps de se demander s'il vous convient vraiment. Ici, l'idée est de trouver le livre qui vous convient, car ils sont tous bons ! [Rires]"

Le Dubé se délecte du frisson de cette chasse, en dénichant les derniers et les meilleurs titres. "Je règle mon réveil à 6 heures du matin et je lis pendant des heures en prenant mon petit-déjeuner au lit - tous les matins".

Mais il ne s'agit pas seulement de ses goûts personnels. Elle commande souvent des livres en pensant à des clients particuliers. "Une femme, Noelle, a 83 ans et lit jusqu'à trois livres par semaine. Quand je vois un roman ou une biographie qui pourrait lui plaire, je le lui commande".

Qu'il s'agisse de livres à la mode ou de joyaux cachés, Le Dubé a quelque chose à offrir à chacun. Mais il y a un genre que vous trouverez rarement sur ses étagères : tout ce qui est de l'ordre de l'auto-assistance et du "comment réussir". "Si je lisais des livres sur le business, je n'aurais probablement jamais ouvert cette boutique !".

Français
Français